vendredi 26 décembre 2014

Et puis après? - Katie Williams

Résumé:

Il a suffit d'un rien, d'une chute pour que Paige meure. Depuis ce fatal cours de physique, elle est coincée dans son lycée, comme une sorte de fantôme. Invisible aux yeux des autres, elle observe, elle attend, elle écoute... Jusqu'au jour où Paige entend une rumeur. On dit qu'elle s'est suicidée.
Il faut absolument qu'elle rétablisse la vérité. Qu'elle leur dise, à tous, aux vivants, que ce n'est pas vrai.
Mais comment se faire entendre quand on est ...morte?


Mon avis:

Je tiens tout d'abord à remercier Justine du blog et de la chaine Youtube Fairy Neverland, car j'ai gagné ce livre lors du concours des trois ans de son blog. Encore une fois merci merci, et des bisous si tu passes par là. :)

Ce livre est plutôt surprenant car il arrive à nous faire vivre des émotions assez intenses avec un nombre de pages plutôt réduit (seulement 213 si si). Et il se déroule dans un seul et unique lieu, le lycée.

Nous sommes donc aux côtés de Paige, l'héroïne principale, à arpenter les couloirs de son lycée, mais sous l'apparence d'un fantôme. Avec elle se trouvent deux autres ados, qui sont eux aussi morts dans ce lycée. Ils essayent de remplir leurs journées comme ils peuvent, en assistant aux cours, ou en regardant les vivants. Jusqu'au jour où Paige entend une rumeur...elle se serait suicider. Tout le lycée est bientôt au courant de ce "prétendu" suicide, elle va donc tout faire pour rétablir la vérité, même si le fait qu'elle soit morte ne lui facilite pas la tâche.

C'est une histoire qui est plutôt touchante, parce que je pense que personne n'est indifférent de ses années vécues au lycée. Il est alors facilement possible de s'identifier à l'un des personnage que l'on est ammené à rencontrer par l'intermédiaire de Paige. Elle traite donc des problèmes qui peuvent être rncontrés au lycée comme la drogue. Mais aussi des problèmes plus existentiels, liés à l'adolescence: les premiers amours, le "qu'en dira-t-on" etc... Personnellement j'ai aimé ce livre parce que je le trouve plutôt juste, il ne rentre pas dans l'extrême et le pathétique. 


"Quand tu meurs [...] c'est comme si toutes les anciennes blessures de ton corps, toutes les écorchures aux genoux, les fines coupures, tous les boutons se rouvraient pour affirmer: "Tu vois? Je t'avais prévenu." "


4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Franchement n'hésite pas, il est très rapide à lire, et vraiment très intéressant :)

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas du tout mais il a l'air bien sympa ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai vraiment passé un bon moment avec ce livre :)

      Supprimer