mercredi 23 décembre 2015

Mademoiselle Solitude - Bill Pronzini


Résumé:  

"Elle était la personne la plus triste, la plus solitaire qu'il n'avait jamais rencontrée : elle était la solitude même, la mélancolie incarnée."
Dès que Jim Messenger croise cette jeune femme dans un café de San Francisco, il est bouleversé par l'impression de solitude qui se dégage d'elle. Elle a beau l'avoir éconduit, il ne peut s'empêcher de l'observer et de la suivre de loin. Jusqu'au jour où elle ne vient pas au café. Inquiet, il se rend chez elle et découvre qu'elle s'est donné la mort. Obsédé par cette femme, Jim décide de découvrir qui était vraiment celle qu'il surnommait Mademoiselle Solitude.

Mon avis:

C'est le tout premier roman que j'ai reçu de mon abonnement à Livre-Moi(s) (Si ça vous intéresse,leur site internet est par ici). Et je dois dire que c'est une première qui est agréablement surprenante.

Nous suivons Jim Messenger qui mène une vie de comptable bien rangée à San Francisco. Un soir, il croise une jeune femme dans un café dans lequel il a ses habitudes. Sans trop comprendre pourquoi il va être fasciné par celle-ci. Jusqu'à se mettre à la suivre lorsqu'elle rentre chez elle. Un jour, alors qu'elle ne se rend pas au café, comme à son habitude, Jim décide de se rendre chez elle, pour savoir ce qui se passe. Il découvre alors que cette femme s'est suicidée. A partir de là, il va tout faire pour savoir qui elle était vraiment et pourquoi elle en est arrivée là.

Ce qui est intéressant dans ce roman, c'est surtout l'évolution du personnage de Jim. De comptable sans histoires, il va se mettre à prendre des risques pour une personne dont il ne connaît rien. Jim devient un personnage très attachant.

C'est donc une enquête policière qui débute, menée par un comptable. Selon moi, certains faits ne sont pas vraiment réalistes (lorsque Jim interroge des gens pour avoir des informations, ceux-ci lui répondent très facilement et honnêtement). C'est cependant un livre agréable à lire. Même si certains évènements sont prévisibles, la fin reste une bonne surprise.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire